Aikido : Les armes utilisées

Définition de l'Aikido
L'aïkido est un art martial japonais essentiellement défensif, fondé par Morihei Ueshiba entre 1930 et 1960. L'aïkido se compose, pour l'essentiel, de techniques de défense à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Il est fondé sur la neutralisation de la force de l’adversaire par des mouvements de rotation et d’esquive et l’utilisation de clés aux articulations.

Articles techniques traitant de l'Aikido
Les armes utilisées
En plus des techniques à main nues, l'aïkido comporte l'études du maniement d'armes en bois : le sabre ou bokken qui s'utilise sans la garde (tsuba), le bâton moyen ou jo, et le couteau ou tanto. La pratique des armes permet d'appréhender différentes distances face à un ou plusieurs adversaires (ma aï), de travailler une attitude correcte (shisei) et de vaincre l'appréhension des armes. Cet apprentissage est donc complémentaire à la pratique à mains nues. En effet, de nombreux mouvements sont dérivés des techniques utilisées par les guerriers armés, ou bien des techniques utilisées pour désarmer l'adversaire. De plus, la visualisation d'un mouvement avec un sabre donne une conception plus claire du mouvement à effectuer à mains nues. Les techniques de sabre ont eu une grande importance dans l'élaboration de l'aïkido par Maître Ueshiba. L'apprentissage se fait, entre autres, sous la forme de kata : on exécute des mouvements normalisés, seuls ou à plusieurs, simulant des situations de combat stéréotypées. Le jo peut servir à relayer les mouvements du corps pour projeter l'adversaire : - jo nage waza : tori tient le jo, uke vient le saisir (ou tente de le saisir) et tori fait chuter uke en agissant sur le jo - jo dori : uke tient le jo, tori vient saisir le jo et projette uke en agissant sur le jo. Les techniques de défense contre une attaque au couteau sont appelées tanto dori. Elles se terminent par un désarmement de uke. Dans la branche Iwama ryu, la pratique des armes s'appelle bukiwaza et la pratique à mains nues s'appelle le taïjutsu (littéralement « technique corporelle ») ; dans le bukiwaza, la pratique du bokken s'appelle l'aiki-ken et la pratique du jo s'appelle l'aiki-jo. Maître Saito expliquait que pour le fondateur, l'aïkido était l'étude du bukiwaza et du taijutsu, et que ces deux éléments sont indissociables. Une autre arme est pratiquée en aïkido : le bo (bâton long). Certaines écoles pratique également le bâton court ou tambo. La pratique du bâton bo permet d'abord la juste position des hanches et des pieds, qui est la même qu'en aïkido. Aux États-Unis, certains dojo enseignent également des techniques de désarmement avec des pistolets en mousse ou en bois, tandis qu'en Afrique, certains dojo pratiquent des techniques de défense contre différents types de machettes. Il s'agit alors d'applications de l'aikido, mais pas de l'aikido à proprement parler. Notons que si la très grande majorité des enseignants reconnaissent que la pratique des armes facilitent les progrès, Morihei Ueshiba n'a lui-même que peu enseigné la pratique des armes. La transmission de cette pratique s'est faite essentiellement par les élèves les plus gradés (uchi deshi, étudiant admis à résider dans le dojo) ayant reçu de manière exclusive l'enseignement des armes par le fondateur : Morihiro Saito, pour le bokken et le jo, et Hikitsuchi Michio, le seul a avoir jamais reçu le 10e dan directement du fondateur O Sensei Ueshiba Morihei, qui a hérité du Makemono (rouleau permettant d'enseigner) du Masakatsu-bo jutsu (Masakatsu = victoire éclatante). Au niveau des passages de grade, le travail à mains nues contre le jo ou le tanto est exigible à partir du premier kyu. Le travail au bokken, contre mains nues ou contre un autre bokken, est exigible à partir du troisième dan.


Liens externes à visiter
Concernant l'Aikido
Liste des clubs d'Aikido (218)
Agenda de l'Aikido (0)






Noomba est noté 8,9/10 selon 3834 avis -