Kobudo : description détaillée

Définition du Kobudo
Le Kobudo est un art martial qui s'est développé sur l'île d'Okinawa lorsque celle-ci était sous occupation japonaise. Cette dernière ayant interdit le port et l'usage des armes, les habitants locaux, surtout d'origine paysane, développèrent des techniques pour utiliser leurs outils comme armes de défense.

Articles techniques traitant du Kobudo
Description détaillée
Cette appellation regroupe certaines disciplines qui se sont transmises dans un cadre traditionnel de façon inchangée depuis les temps anciens. La plupart des écoles de jujutsu appartiennent à cette catégorie. De même, le kenjutsu se différencie du kendo par l'utilisation d'un sabre en bois, parfois d'un vrai sabre, sans armure pour se protéger. Les exercices reposent essentiellement sur la mise en application de formes codifiées (kata). Les écoles qui pratiquent cette discipline aujourd'hui remontent à l'époque d'Edo, qui, d'après les archives, en compte plus de sept cents. Le sabre était alors considéré comme l'âme du guerrier. Au début du combat, le sabre était tenu rangé dans son fourreau. Si le kenjutsu commence après que le sabre a été dégainé, l'iaijutsu s'achève, lui, au moment où l'adepte a dégainé. Cette discipline porte sur l'art de se comporter le sabre encore au fourreau et de le dégainer en pourfendant d'un seul geste décisif un éventuel adversaire. Il ne s'agit donc pas de la simple technique de dégainer le sabre. La technique de fiai est soigneusement construite afin de pouvoir affronter, en gardant le sabre au fourreau, un adversaire qui a déjà dégainé. La perception des distances et des cadences ainsi que la prévision du comportement de l'adversaire forment l'essentiel de cette discipline. Il existe aujourd'hui plusieurs grandes tendances au sein des multiples écoles qui organisent des compétitions, et certains groupes d'iaijutsu se définissent comme iaido. Parallèle à cet art, le battojutsu met, quant à lui, plus nettement l'accent sur les techniques concrètes pour dégainer. Les disciplines du kobudo sont nombreuses ; citons le kusarigama, utilisant une faucille avec une chaîne au bout de laquelle est attaché un poids métallique ; le jojutsu ou jodo, technique de maniement d'un bâton de 1,30 m environ, et le bojutsu, pour un bâton de 1,80 m et plus ; le sojutsu, qui utilise la lance ; le shuriken-jutsu, l'art de lancer un couteau ; le bajutsu ou équitation ; le yabusame, tir à l'arc sur un cheval au galop. Enfin, le hojutsu, technique ancienne de maniement des canons de l'époque féodale, est plus la transmission d'un savoir-faire historique que la recherche de la progression dans une voie. Les adeptes du kobudo sont attachés aux traditions anciennes et accordent une importance particulière à la continuité de la transmission dans le droit fil de celles-ci. Peu nombreux, ils se réclament d'une formation de l'homme dans laquelle s'équilibrent les techniques physiques et l'éducation de l'esprit. De ce point de vue, la situation du ninjutsu est particulière car, s'il fait bien partie des dix-huit arts du guerrier, il en constitue la part d'ombre, le fait de se dissimuler pour tuer, espionner ou voler étant contraire à l'idéal du guerrier, qui doit faire face loyalement à son adversaire. C'est pourquoi, aujourd'hui, la plupart des adeptes de budo et de kobudo considèrent qu'il ne fait partie ni de l'un, ni de l'autre. Cependant, répondant à une certaine curiosité contemporaine, des techniques plus ou moins inspirées du ninjutsu resurgissent de temps en temps. Il faut enfin signaler le kobudo d'Okinawa, qui se distingue de son équivalent japonais, étroitement lié à la tradition des guerriers. L'art consiste en une adaptation du karaté à l'emploi de divers outils tels que la faucille (lama), la rame (kai), le bâton court avec une poignée (tonfa), deux bâtons courts attachés par un lien (nunchaku), un bâton métallique court à extrémité pointue et des crochets à la garde (sai), ou tout simplement le bâton (bo). source : tokitsu.com


Liens externes à visiter
Concernant le Kobudo
Liste des clubs de Kobudo (37)
Agenda du Kobudo (0)






Noomba est noté 8,9/10 selon 3834 avis -